Au jardin de ma mère

Au jardin de ma mère, la nature est souveraine. La passiflore envahit la glycine et le rosier liane. Une haie de buis s’enroule autour de l’arbre du savonnier. Les mimosas se sont éssaimés à des endroits improbables et la rocaille abrite de splendides yuccas fleuris qui pointent leurs tiges acérées vers le promeneur imprudent. En été, les massifs d’hortensias abritent la menthe poivrée et les insectes qui se gorgent du nectar odorant. Les résineux, les chênes et les châtaigniers poussent à une vitesse folle sur la dalle de granit et les haies fleuries prennent leurs aises dans ce petit coin de paradis. Les paulownias et les magnolias, moins chanceux, peinent à offrir leurs fleurs magnifiques, mais la décision de les supprimer est reportée d’année en année… Ici, il est interdit d’arracher ! On chouchoute, on soigne, on déplace éventuellement mais on ne bannit aucune espèce.

Le jardin est ainsi devenu au fil des décennies un endroit luxuriant un peu fou et charmant. Admiré des visiteurs et aimé de ceux qui peinent à l’entretenir, il reste un lieu unique à l’image de ma mère : indomptable !

Publicités

5 réponses à “Au jardin de ma mère

    • Ne te reste qu’à aller y voir pour les trouver… Les mésanges, très malignes, ont utilisé la laine des cactus pour tapisser leurs nids… Bon dimanche !

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s